Allez au contenu, Allez à la navigation

RSS

A la une

28.10.2014

CORAC ministériel

Jeudi 23 octobre, s’est tenu le CORAC ministériel chez SAFRAN à Melun-Villaroche. Il était présidé par le secrétaire d’État chargé des Transports. L’ONERA y présentait deux projets illustrant ses recherches menées en matière de réduction de l’empreinte environnementale des avions.

Cet événement a permis à l’ensemble de la communauté française de l’aéronautique civile de faire le point sur la mise en oeuvre de la feuille de route du CORAC. Cela a été l’occasion pour Alain Vidalies de découvrir certains des démonstrateurs technologiques et programmes développés dans le cadre du CORAC.

Mermose1  : Analyser les suies pour comprendre leur impact sur l’environnement

L’ONERA a mené avec Safran en 2013 et 2014 une campagne de mesure pour caractériser les suies en sortie de turboréacteur selon différents régimes de fonctionnement caractéristiques des phases de vol : approche, décollage, montée et vol croisière. Ces suies "aéronautiques", ont ensuite été reproduites en laboratoire. Objectif : étudier précisément la dynamique de formation de la glace autour de ces particules de taille nanométrique. Ce mécanisme est en effet connu pour être à l’origine de la formation de traînées de condensation, pouvant évoluer en formations nuageuses de type cirrus, préjudiciables sur le climat. Les résultats acquis dans le cadre du projet MERMOSE apportent une information précieuse pour le motoriste, en vue de la conception future de moteurs plus propres, comme pour l’expert en environnement qui analyse l’impact des émissions de particules induites par le transport aérien sur le réchauffement climatique.

Daniel Gaffié présentant le projet Mermose au secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies, en présence de Bruno Sainjon Copyright : Snecma
Daniel Gaffié présentant le projet Mermose au secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies, en présence de Bruno Sainjon
Copyright : Snecma

Parasoft : S’associer aux sciences humaines pour diminuer le bruit perçu

Depuis plus de cinquante ans, l’ONERA oriente une partie de ses recherches pour comprendre le bruit émis à la source et proposer aux industriels des solutions techniques pour le diminuer. On sait cependant aujourd’hui que les progrès techniques à eux seuls ne peuvent être la réponse au problème du bruit des avions. Comprendre et réduire le bruit aéronautique, c’est aller au delà du bruit émis, et s’intéresser au bruit perçu par les riverains. C’est pourquoi l’ONERA a décidé de s’associer à des experts en psycho acoustique pour travailler sur la dimension cognitive de la gêne associée au bruit perçu. Concrètement, le projet PARASOFT, lancé en septembre 2012 pour une durée de 3 ans, consiste à faire écouter des bruits d’avions à un panel d’une cinquantaine de testeurs. Au cours de cette écoute, ils doivent qualifier le désagrément ressenti face à ces bruits d’égale intensité mais de structure différente. Objectif : repérer ainsi les structures du bruit qui provoquent la gêne. L’apport de l’ONERA dans ce projet réside dans sa capacité à élaborer grâce à IESTA, des bruits synthétiques d’avions existants ou non selon des scénarios personnalisés.

Laurent Leylekian présentant le projet Parasoft au secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies, en présence de Bruno Sainjon. Copyright : Snecma
Laurent Leylekian présentant le projet Parasoft au secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies, en présence de Bruno Sainjon.
Copyright : Snecma

 

1 Mesure et Etude de la Réactivité des émissions de MOteurS aEronautiques