Allez au contenu, Allez à la navigation

RSS

A la une

03.02.2004 - Programme

Développement d'une caméra unique en Europe

Circé, instrument phare de MAMO (Moyen Aéroporté de Mesures Optroniques), volera à bord d'un Airbus de type A-300/A-310 cargo, courant 2006.

A l'image de celle dont elle partage le nom, une magicienne de l'Odyssée, fille d'Hélios et de Pasiphaé, Circé sera unique, du moins en Europe, quand elle volera à bord d'un Airbus de type A-300/A-310 cargo, courant 2006. Caméra Infra-Rouge Cryogénique Embarquée, Circé représente l'instrument phare de MAMO (Moyen Aéroporté de Mesures Optroniques). Dans ce programme d'un montant de 22 millions d'Euros, que la Délégation Générale pour l'Armement (DGA) a confié à EADS, l'Onéra, et en particulier le Département Optique Théorique et Appliquée (DOTA) a en charge le développement de l'instrumentation optique.

"Le premier essai en vol de MAMO doit se dérouler en juin 2006, ce qui signifie que nous devons avoir terminé la construction de l'instrumentation optique un an avant", indique Jean-Paul Bruyant, ingénieur de recherche au sein du DOTA et chef de projet dans le cadre du programme MAMO. Autrement dit, pour les ingénieurs et les techniciens de l'Onéra, c'est une véritable course contre la montre qui vient de commencer au moment même où EADS, maître d'œuvre du programme, vient de leur confier ce travail dont le montant est de 6 millions d'Euros. Précisons que le Centre d'Essais en Vol (CEV) de la DGA gère la maîtrise d'ouvrage de ce programme, l'utilisateur final étant le Service des Programmes Nucléaires et de Missiles (SPNuM) auquel sont associés un certain nombre d'utilisateurs qui sont les différents services de programmes.

MAMO (Moyen Aéroporté de Mesures Optroniques)
MAMO (Moyen Aéroporté de Mesures Optroniques)

Un thème fort de l'Onéra depuis plusieurs décennies

La pénétration balistique des missiles nucléaires est un thème sur lequel les équipes de l'Onéra travaillent depuis plusieurs décennies. "C'est un domaine d'activités particulièrement fort puisqu'il concerne non seulement le DOTA mais aussi DEMR pour la partie radar et DPRS pour les aspects missiles", rappelle Jean-Paul Bruyant. Ainsi, dans le courant des années 70 a été développé un instrument de première génération baptisé "RAFITOU". Il s'agissait d'un radiomètre à filtre tournant, installé au sol au Centre d'essais des Landes, et qui permettait de réaliser des mesures de signature des missiles de la génération M4. Au cours des années 80 a été développé SICAP-CIRAP, un instrument de seconde génération embarqué à bord de la Caravelle du CEV. Le principal objectif était alors d'effectuer des mesures de la signature du missile M45.

La réussite de cet instrument est telle qu'il sera également utilisé pour réaliser des mesures de la signature de différents aéronefs mais aussi dans le cadre de l'étude des nuages dans la haute atmosphère. "C'est l'un des intérêts de ces travaux de générer des thèmes d'études totalement dissociés de la finalité principale", constate le chef de projet qui rappelle notamment que le code Matisse a bénéficié de l'acquisition de nombreuses données source et qu'une collaboration fructueuse avec les Etats-Unis avait été développée. Pour l'Onéra, SICAP-CIRAP aura été une expérience extrêmement enrichissante en matière de développement d'instrumentation embarquée. "Il existe à l'Onéra une véritable philosophie du laboratoire volant, mise en valeur par l'excellence reconnue des stations expérimentales d'imagerie radar RAMSES et d'imagerie visible et infrarouge Timbre-Poste", note Jean-Paul Bruyant. Celui-ci estime que c'est ce savoir-faire unique dans le développement de grosses installations paramétrables et modulables adaptées à une kyrielle de types d'essais qui a permis à l'Onéra d'être choisi pour MAMO.

Circé : une caméra modulable d'environ 300 kg

A bord de l'avion-cargo que Sogerma doit équiper seront installés un centre de contrôle, permettant d'insérer MAMO dans l'ensemble du dispositif nécessaire à chaque essai, et la chaîne d'instruments dont l'Onéra a la responsabilité. Celle-ci est constituée de la caméra Circé et du spectromètre SICAP, précédemment utilisé à bord de la Caravelle du CEV. "A moyen terme, nous développerons une nouvelle génération de spectromètre embarqué, lequel sera appelé à remplacer SICAP", précise l'ingénieur du centre de Palaiseau. Quant à la caméra, n'essayez surtout pas de l'imaginer, vous seriez encore bien au-dessous de la réalité. 1 m 50 de long pour un poids de 250 à 300 kg, telles sont les mensurations de cet instrument unique en Europe.

Dans une caméra infrarouge classique, seul le détecteur est refroidi. En revanche, avec Circé, la maîtrise fine des flux parasites implique un instrument relativement encombrant et dont le fonctionnement nécessitera des procédures extrêmement lourdes. "C'est le débattement de l'ensemble de l'instrument qui a imposé de choisir un Airbus de type A-300/A-310 cargo", souligne le chef de projet. Imposante par sa taille, Circé n'en est pas moins un instrument modulable, adapté à la variété des types de mesures qu'il devra acquérir.

Des mois de préparation, quelques minutes d'acquisition

Dans MAMO, tout semble démesuré pour le néophyte. Ainsi, si chaque essai nécessitera de longs mois de préparation, la phase d'acquisition de mesures durant l'essai ne durera qu'une poignée de minutes, d'où l'inévitable stress qui accompagne chacun de ces essais dont le premier devrait se dérouler en juin 2006. "Dès lors, l'Onéra entamera dix années d'expérimentations garanties par le contrat avec la DGA", déclare Jean-Paul Bruyant qui précise : "Le volume de campagnes d'essais garanti sur dix ans ne concerne que les missions prioritaires fixées par le SPNuM. Viennent s'y ajouter les missions secondaires qui intéressent les différents services de programmes et dont les objectifs devraient ouvrir de nouveaux horizons".

D'ores et déjà, l'Onéra a lancé un certain nombre d'appels d'offres afin de choisir les sous-traitants qui vont avoir la lourde tâche de réaliser les différents sous-ensembles de Circé. Prochaine étape importante, à la fin du mois de février 2004, avec la revue de définition préliminaire.

Un avion-cargo est nécessaire pour loger l'ensemble du dispositif de mise en œuvre de MAMO.
Un avion-cargo est nécessaire pour loger l'ensemble du dispositif de mise en œuvre de MAMO.