Allez au contenu, Allez à la navigation

RSS

A la une

17.04.2015 - Politique spatiale européenne

L’ONERA pose, avec ses principaux homologues européens, les bases d’une future EREA de l’espace

Le 12 mars 2015, le CIRA italien, le DLR allemand, l’INTA espagnol, le NLR hollandais et l'ONERA ont signé un « position paper » commun pour renforcer leur coopération dans le domaine de la recherche et technologie spatiale.


Les signataires du position paper pour un EREA de l'espace, représentant les établissements de recherche aérospatiales européens CIRA, DLR, INTA, NLR et ONERA 

Une initiative nécessaire dans la mesure où le secteur spatial est aujourd’hui confronté à une concurrence exacerbée de la part de nouveaux entrants, en provenance des Etats-Unis et d’autres puissances spatiales mondiales.

C’est pourquoi les principaux acteurs publics de la recherche européenne ont choisi d’intensifier leur coopération en matière de recherche et technologie pour soutenir un secteur spatial en forte évolution. Objectifs : poser les fondations d’un secteur spatial pérenne, où l’excellence technologique et la compétitivité doivent être envisagées sur le long terme.

Ces enjeux exigent également une coopération renforcée avec l’ensemble des acteurs de la filière : les acteurs publics de la recherche, l’Industrie, les Agences spatiales nationales et européennes et la Commission Européenne notamment.

Afin de pouvoir pleinement jouer ce rôle, les établissements de recherche, à l’origine  de cette initiative, proposent de créer une association, sur le modèle de l’EREA pour le domaine aéronautique (European Research Establishments in Aeronautics). Avec en ligne de mire la volonté pour les acteurs publics de la recherche de parler d’une seule voix pour être une vraie force de propositions aux côtés des autres grands acteurs de la filière.

Le 9 avril 2015, cette initiative a été portée à la connaissance de la Commission Européenne, de l’Agence spatiale Européenne, et de l’association Eurospace qui représente l’industrie spatiale européenne.

La prochaine étape consistera à structurer cette association afin de proposer rapidement  une feuille de route détaillée des activités.

L’ONERA a d’ores et déjà obtenu le soutien du CNES avec lequel il a renforcé sa coopération dans le domaine de la R&T spatiale en signant un nouvel accord-cadre le 30 mars dernier.

C’est dans cet esprit de concertation et de coopération, que le positionnement de l’ONERA, en tant qu’acteur public de la recherche prend tout son sens à l’échelle nationale comme européenne.