Allez au contenu, Allez à la navigation

RSS

NOVA, pour une aéronautique plus verte

Pour aller plus loin en économie de carburant, bruit et émissions polluantes, il faut envisager des configurations d'avions commerciaux en rupture avec les avions actuels. 

[Une maquette de la configuration avec ingestion de couche limite est exposée sur le stand ONERA au salon Bourget du 15 au 21 juin 2015 - échelle 1/30]


NOVA - Concept d'avion de transport plus... par onera Vue d’artiste 3D de la configuration NOVA BLI (ingestion de la couche limite) ©ONERA

 

Le schéma des avions actuels - fuselage, aile, moteur sous aile - date de plus de 50 ans. L’ONERA propose une configuration novatrice d’un avion de transport : NOVA

Qu’est ce que NOVA ?

L’ONERA s’est fixé d’étudier un moyen courrier (5600 km, équivalent d’un A321-200), transportant 180 passagers (7 passagers de front avec 2 couloirs) à une vitesse maximum de 900 km/h (Mach 0.82).

Quel est l’objectif de NOVA ?

Réduire la traînée aérodynamique et améliorer la propulsion.
>> Nouveauté : penser la cellule avion et le moteur en même temps

NOVA - Ingestion de la couche limite
L'injection de la couche limite dans le moteur augmente le rendement propulsif de l'ensemble

Quelles sont les innovations de NOVA ?

  • Un fuselage portant de section ovoïde en matériaux composites : le fuselage participe à la portance. Il est plus léger, sa forme est plus courte et plus large qu’actuellement.
  • Une voilure à fort allongement avec des ailettes dirigées vers le bas (winglets): réduction de la traînée induite, et donc des tourbillons, et réduction des efforts à l’emplanture.
  • Des moteurs à très fort taux de dilution (Ultra High Bypass Ratio) : turboréacteurs à double flux d’air, de grand diamètre, à rendement augmenté grâce à un réducteur de vitesse (soufflantes).  Ce type de moteur apporte un gain en bruit  et consommation de carburant.
  • Pour limiter les inconvénients dus à leur grande taille, les moteurs sont placés à l’arrière du fuselage de façon « semi-enterrée ».  Cette intégration partielle permet d’ingérer la couche limite et de réduire ainsi  la puissance nécessaire et donc la consommation.


 

L’ONERA développe les configurations NOVA dans le cadre d’un projet Carnot-ANR.

L’ONERA travaille aussi sur d’autres configurations de rupture comme l’avion électrique, l’avion à grand allongement et aile haubanée  ou l’aile volante.

Un défi d’autant plus ambitieux que le trafic aérien est amené à doubler à l’horizon 2030.  

15.06.2015