Allez au contenu, Allez à la navigation

RSS

Biographie - André Martinot-Lagarde

Directeur de l'Institut de Mécanique des Fluides de Lille

 

Né à Versailles en 1903, André Martinot-Lagarde obtient la licence ès Sciences en 1924 et dix ans plus tard il est nommé Maître de Conférence à la Faculté des Sciences de Lille chargé du cours de Mécanique des Fluides Expérimentale. C'est en 1960 qu'il est promu au grade de professeur titulaire de Chaire.

Dès 1929, Martinot-Lagarde est nommé Chef des Travaux auprès du professeur Kampé de Fériet à qui le Ministère de l'air avait confié la direction de l'Institut de Mécanique des Fluides de Lille (IMFL). Il a la responsabilité de la création d'un laboratoire de travaux pratiques pour les étudiants et celle de l'étude de projets plus grandioses comportant une soufflerie ayant les dimensions requises pour aider efficacement les industries naissantes de la construction d'avions. La première pierre est posée le 23 juin 1932 et l'inauguration du bâtiment a lieu le 7 avril 1934.

Toutefois, face à l'invasion allemande de 1940, l'IMFL reçoit l'ordre de se replier sur Toulouse. Martinot-Lagarde est chargé d'organiser les opérations de transfert. Le personnel se remet au travail et durant la période d'exil il construit une soufflerie inclinable pour l'étude du vol libre et une autre à faible turbulence pour l'étude de la couche limite ; il équipe un planeur laboratoire destiné à une campagne d'essais en vol. Les recherches s'orientent vers l'étude théorique et expérimentale de la turbulence ; des perfectionnements sont apportés aux mesures aérodynamiques, notamment en ce qui concerne la mesure de la traînée d'une aile d'avion par l'exploration du sillage. La contribution de Martinot-Lagarde est importante si l'on en juge par les quelques treize publications auxquelles elle donne lieu, cinq d'entre elles étant des notes aux Comptes Rendus de l'Académie des Sciences.

Après la Libération en 1945, Martinot-Lagarde revient à Lille où le professeur Kampé de Fériet lui demande de prendre sa succession à la direction de l'IMFL. Il remet alors en état les installations et poursuit les travaux interrompus. Dans la soufflerie verticale, une classification des différentes figures de vrilles est établie et une technique d'essais avec consignes précises est formulée pour chacune d'elles. Les grandeurs sans dimension, la similitude physique, les principes de la thermodynamique et la théorie des ensembles sont ses sujets préférés ; mais il touche aussi à l'optique, à la théorie des caractéristiques en écoulements supersoniques et transsoniques, à l'hydraulique, à l'automatique, à la métrologie et à la turbulence. Le rapport technique ONERA intitulé " Analyse dimensionnelle, Application à la Mécanique des Fluides " est publié en 1948. Dans les années 1969-1970, paraît l'ouvrage en deux tomes " Mécanique des Fluides ", véritable synthèse des connaissances encyclopédiques écrit en collaboration avec les professeurs E. Brun et J. Mathieu. En 1971 l'exposé est complété par une analyse détaillée des principes de la thermomécanique dans la brochure " Thermique classique et introduction à la mécanique des évolutions irréversibles ". Dans cette période d'après guerre, on dénombre une quarantaine de publications dont treize notes aux Comptes Rendus de l'Académie des Sciences.