Allez au contenu, Allez à la navigation

RSS

L'impact de la propagation sur les communications par satellite de nouvelle génération

Les experts de la bande Ka

La bande Ka est à la diffusion de l’internet par satellite ce que la bande FM est à la radio terrestre : une gamme de fréquences radio particulièrement adaptée à son usage.

La bande Ka commence à être exploitée en Europe et présente de nombreux avantages, comme un accès haut débit à coût comparable aux offres terrestres, des antennes plus petites… Néanmoins cette bande de fréquences est sensible aux atténuations atmosphériques : pluie, nuages, vapeur d’eau.

L’ONERA, suite à des travaux pour la défense dans les années 90, a mis ses compétences au service du CNES, de l’ESA, des industriels et des opérateurs. A partir de mesures de propagation et d’exploitation de données météorologiques, l’ONERA a construit des modèles capables de prédire l’affaiblissement des signaux, et la disponibilité de service.

Ces modèles sont utilisés, en Europe et au-delà, comme outils d’aide à la conception des futurs systèmes de communication par satellites.


 

 

 


Ka, c’est aussi l’altimétrie satellitaire au cm près

La bande Ka a d’autres atouts que la communication. Elle est par exemple particulièrement adaptée à l’imagerie radar SAR pour réaliser des mesures environnementales de très bonne résolution spatiale avec des hauteurs au centimètre près.

L’ONERA est appelé par les agences spatiales pour évaluer, qualifier de nouveaux systèmes d’imagerie en bande Ka. Il dispose du Busard, un moto-planeur équipé d’un pod pouvant embarquer de tels systèmes. L’équipe de spécialistes de l’imagerie radar SAR, autour du moyen aéroporté, fait de l’ONERA un centre d’excellence pour cette technologie de rupture au service de l’environnement.

L’ONERA a ainsi participé à la préparation de la mission CNES-NASA SWOT qui mesurera la dynamique des hauteurs d’eau continentales et océanographiques de façon beaucoup plus précise qu’auparavant.

07.09.2015