Allez au contenu, Allez à la navigation

RSS

Une expertise de renommée mondiale au service de la sécurité des vols

Agir contre le givrage

Le givrage est le phénomène météorologique le plus dangereux pour le transport aérien.

L’ONERA a toujours étudié le phénomène sur les aéronefs et les moteurs : d’abord grâce aux conditions « naturelles » de ses souffleries alpines (mont Lachat, puis S1 Modane).

A partir des années 80, l’ONERA aborde le sujet par la modélisation et la simulation numérique. Ses logiciels sont utilisés depuis par tous les industriels français du secteur. A partir de 2000, l’ONERA est considéré comme le référent
européen en matière de modélisation du givrage.

Aujourd’hui les conditions de certification se durcissent ; parallèlement la protection contre le givre doit être énergétiquement optimisée. L’ONERA est à l’oeuvre, en particulier dans le cadre de la convention Physice de la DGAC, pour développer une deuxième génération d’outils numériques et de systèmes de mesure embarqués.

Objectif : caractériser les conditions givrantes, prévoir la formation et les conséquences du givre dans un cadre réglementaire plus sécuritaire.

 

 


Un axe ONERA-NASA à la hauteur des enjeux

Les nouvelles réglementations internationales amènent avionneurs et motoristes à revoir les processus de mise en conformité. Il leur faut prouver que le givre ne peut en aucun cas faire tomber l’avion. Face à la diversité des situations, le recours à la simulation numérique devient incontournable, avec des logiciels de plus en plus raffinés.

Les accords ONERA-NASA Sunset-1 (2006) et Sunset-2 (2013) impulsent les travaux de manière décisive. La NASA simule la formation de givre sur une aile en soufflerie givrante. Un scanner 3D permet de numériser la forme pour fabriquer des moulages en résine, et étudier la dégradation de performance aérodynamique dans la soufflerie ONERA F1, une des meilleures du monde dans sa catégorie, et de créer des données pour valider les logiciels.

Mais les problèmes soulevés sont de taille. Par exemple : quel degré de détail des formes convient pour représenter la réalité physique de façon satisfaisante ?

18.09.2015