Allez au contenu, Allez à la navigation

RSS

Dissuasion, protection et sécurité nationale

DISSUASION

"Le Livre blanc de la Défense Nationale souligne que « La modernisation des deux composantes, engagée depuis dix ans, vise à maintenir sur une longue durée la capacité des forces nucléaires à remplir leurs missions ». L’ONERA accompagne cet effort en fournissant une expertise concernant les missiles ASMP-A et M51 et en accompagnant les réflexions sur des développements ultérieurs de ces engins. Par ailleurs l’ONERA  explore les possibilités d’emploi de nouveaux types de vecteurs pour le très long terme. Ces nouveaux engins feraient  appel à la propulsion hypersonique et l’ONERA est présent à tous les stades des études. Les moyens expérimentaux dont dispose l’ONERA sont également sollicités à cet occasion.

Les axes à privilégier par l’ONERA dans la fonction « dissuasion» sont les suivants :"

  • Entretien de la compétence relative aux missiles balistiques, notamment en grosse propulsion, en guidage – pilotage - équipements, en pénétration stratégique (rôle prospectif de l’ONERA),.
  • Développement de la compétence en missiles aérobie et porteurs associés, notamment pour la propulsion par statoréacteur, l’aérodynamique, la furtivité, les matériaux, et pour la préparation des futures versions de vecteurs à capacité de pénétration accrue et à Mach de vol élevé (démonstrateur Promethée).
  • Navigation inertielle haute performance.

 

PROTECTION ET SECURITE NATIONALE

Le livre blanc précise « Au niveau européen, la France proposera la planification de nouvelles capacités, telles que drones de surveillance maritime, moyens spatiaux de tenue de situation automatique, radars transhorizon, système  intégré de renseignement d’intérêt maritime, etc. ».  Cette fonction stratégique concerne aussi bien la surveillance de l’espace aérien que celle de l’espace extra-atmosphérique ou la prise en compte des menaces balistiques. En ce qui concerne l’espace extra-atmosphérique le livre blanc indique « La connaissance fine et suivie de la trajectoire des objets en orbite autour de la Terre est aujourd’hui réservée aux États-Unis et dans une moindre mesure à la Russie. L’Europe est en situation de dépendance pour la surveillance de l’espace extra-atmosphérique. Pour pallier cette dépendance, éviter les collisions prévisibles et anticiper les actes hostiles, la France encouragera le développement d’un projet européen de détection et de surveillance des objets susceptibles d’endommager les lanceurs ou les satellites. Elle constituera, à court terme, à partir du système GRAVES, une capacité opérationnelle nationale à cette fin. À plus long terme, cette capacité s’inscrira dans une stratégie plus globale de protection de nos infrastructures spatiales. ». Le système GRAVES (Grand Réseau Appliqué à la Veille Spatiale) est un radar 100% ONERA du concept à la réalisation. Il constitue l’unique moyen dont dispose l’Europe permettant de disposer d’une autonomie en matière de surveillance de l’espace. Ce radar est actuellement mis en oeuvre par l’Armée de l’air. Un autre exemple qui illustre le positionnement de l’ONERA est le radar transhorizon « Nostradamus » qui autorise depuis le territoire français une surveillance du pourtour méditerranéen.  Ici encore il s’agit d’un concept original totalement développé par l’ONERA.

  • Mesures d’autoprotection des aéronefs (y compris les hélicoptères) contre les missiles infrarouge de dernière génération et autres menaces de type terroriste, avec notamment des actions de modélisation et de recueil de signatures des menaces, des actions sur les contre-mesures.
  • Briques technologiques pour les radars à très longue portée, avec notamment la poursuite de l’évaluation de nouvelles techniques applicables aux radars de surveillance et d’alerte antimissile dans le contexte du démonstrateur puis du futur système opérationnel TLP défini en coopération étroite entre Thales et l’ONERA.
  • Technologies de surveillance maritime (concept de radar à onde de surface en cours d’évaluation au CELM), concernant les capteurs (hyperspectral, terrestre ou spatial, imagerie active, …), les plates-formes de surveillance (drones), la fusion de données.
  • Alerte spatiale et alerte avancée, avec un rôle d’expert auprès de la DGA de la part de l’ONERA compte tenu de sa connaissance système de la lutte antimissile et de sa vision prospective des menaces balistiques.
  • Technologies pour la protection des sites et des itinéraires avec développement des solutions capteurs déposés, drones et robots.
  • Outils et technologies de gestion de crise ;
  • Nouveaux matériaux fonctionnels
  • Adaptation des technologies innovantes de détection (lasers, capteurs miniaturisés, réseaux de capteurs, vision au travers des obstacles,…) au domaine de la sécurité.