Tour de crash

Une campagne de drop tests pour des réservoirs d’hélicoptère

La tour de crash de l'ONERA , installation de l'ONERA à Lille dédiée à la dynamique des structures, a permis de valider la résistance au crash de différentes configurations de réservoirs d'hélicoptères [projet R&D FUI Balloo].

En novembre 2017, dans le cadre du projet de R&D FUI* Balloo, piloté par la société PRONAL, sous l'égide de la DGA et financé par BPI-France et la Région Hauts-de-France,  et impliquant plusieurs partenaires tels que  Hutchinson, MDB Texinov, Imattec, ALTAIR, LRCCP, ENSAIT, IMT-Lille Douai, l’ONERA a réalisé une campagne d'essais de crash de réservoirs souples d'hélicoptère – remplis de liquide  – à la tour de crash* du centre de Lille.

Ces essais avaient pour but de valider la résistance de différentes configurations de réservoirs lors d'une chute de 15 m de haut. Afin de permettre une reproductibilité optimale et la comparaison directe des solutions testées, et obtenir ainsi une vitesse d'impact en adéquation avec les normes sur le sujet, les ingénieurs de l’ONERA ont développé un chariot spécifique sur la tour de crash, en intégrant des sandows afin d'accélérer encore le chariot durant sa chute.
 
Ces essais sont les plus importants jamais réalisés sur cette installation, tant en ce qui concerne la vitesse d'impact (17 m/s) que l'énergie totale à l'impact (>150 kJ) et ont suscité un grand intérêt des industriels pour la modularité de la tour de crash ainsi que pour qualité des résultats obtenus.

 

Lexique

* Le fonds unique interministériel (FUI) finance des projets de recherche et de développement (R&D) collaboratifs labellisés par les pôles de compétitivité. Le FUI a vocation à soutenir des projets de recherche appliquée portant sur le développement de produits, procédés ou services susceptibles d'être mis sur le marché à court ou moyen terme, généralement 5 ans.
 
* La tour de crash – moyen d’essai de  résistance des structures installé au centre Onera de Lille. Cette tour de 15 mètres de hauteur permet par exemple de faire chuter une charge de 1 tonne à une vitesse de 15 m/s et d’observer les effets de l’impact dont l’énergie peut dépasser 100 000 Joule. Des caméras rapides (10.000 image/s) permettent de décomposer la dynamique du « crash ».

 

 

 

 

Retour à la liste