L'ONERA de A à Z

Conditions de vol

Conditions de vol

  • 1 L'ONERA, acteur distingué du succès de la mission " Intermediate eXperimental Vehicle " de l'ESA

    Cette maquette a ensuite été testée dans la soufflerie F4 du Fauga Mauzac, dans un écoulement hypersonique hyperenthalpique, pour des conditions de vol à haute altitude et à haute vitesse qui engendrent des températures de plusieurs milliers de degrés autour de véhicule. Les coefficients aérodynamiques hypersoniques avec effet de haute température ont ainsi été mesurés dans la soufflerie F4 à des vitesses d'écoulement de 4 à 5 km / s
  • 2 Fiche n°23

    Le concept a été extrapolé à l'échelle un par l'Onera et Airbus Helicopters, testé avec succès en vol sur un Dauphin et a démontré sa capacité à réduire le bruit rayonné dans les conditions de vol visées. Il a fait l'objet des brevets conjoints Onera / Airbus Helicopters et DLR
  • 3 Une onde de choc ça va, deux... - VIDEO

    Des phénomènes spécifiques caractérisent ce régime (dissociation, ionisation, déséquilibre chimique ou thermique de l'écoulement) et modifient notablement les conditions de vol des véhicules. Partager
  • 4 Tremblement dans l'air

    Pour limiter ce phénomène, et corriger les problèmes de buffeting liés à l'incidence, des volets sont placés à bord de fuite des ailes: ils créent une divergence à l'intrados, augmentant la charge arrière, qui permet de repousser la limite du domaine de tremblement- domaine de conditions de vols interdit
  • 5 Réalité augmentée et simulation aérodynamique

    Les conditions de vol (pitch up) mènent à une forte interaction aérodynamique entre le sillage du rotor principal et l'empennage horizontal à arrière de fuselage, causant une remontée de l'avant de l'appareil. Les isosurfaces de vorticité caractérisant le sillage sont colorées par la composante de vorticité selon la direction de l'écoulement
  • 6 Le ravitaillement en vol des hélicoptères à l'épreuve dans la soufflerie F1

    Les ingénieurs de la soufflerie ont mis en oeuvre des mesures optiques (PIV)* afin de réaliser des constats représentatifs des conditions de vol. Des champs de vitesses locales ont pu être mesurés dans des plans à l'aval de l'aile, donnant des éléments de visualisation et de compréhension des phénomènes d'instabilité observés
  • 7 Il faut investir dans les très grandes souffleries françaises

    D' une valeur de 1 5 milliard d'euros, fruit d' une décision stratégique après guerre, les très grandes souffleries de l'ONERA évaluent, valident et mettent à point les géométries des futurs avions ou systèmes d'armes en testant des maquettes de formes différentes, dans un environnement représentatif des conditions de vol réelles
  • 8 Le ministre de la Défense lance les travaux de consolidation de la grande soufflerie S1MA de Modane

    C' est une installation très prisée des avionneurs pour les essais aérodynamiques en conditions de vol de croisière. La décision du Ministre de la Défense lance les travaux de consolidation des fondations de la soufflerie et de son bâtiment, et de stabilisation des sols jusqu' à une profondeur de 50 m. En effet, le phénomène d'enfoncement des sols sous cette soufflerie la mettait en danger de subir des dommages irréparables
  • 9 Les drones deviennent intelligents

    L' équipe du département Commande des systèmes et dynamique du vol (DCSD) de l'Onera a également simulé l'appontage d' un drone hélicoptère sur un bateau, en organisant un rendez vous entre l'hélicoptère et un point virtuel mobile (faute de bateau pour tester l'appontage en conditions réelles... De même, la réponse de l'engin doit rester robuste aux variations de conditions de vol: au crépuscule ou en plein midi, qu' il y ait des ombres ou non, les algorithmes doivent répondre dans cas
  • 10 Indésirable traînée

    De plus, si les appareils évitent les décollements de la couche limite en croisière, des progrès restent à faire dans les conditions de vol hors adaptation et notamment aux basses vitesses. Les deux bouts d'ailes de droite comportent des dispositifs