Allez au contenu, Allez à la navigation

RSS

Interactions humaines avec des systèmes de plus en plus automatisés

Et l’humain dans tout ça ?

Depuis l’avènement des commandes électriques sur les avions de ligne (fin des années 80), la place de l’humain a changé dans les cockpits. Le pilote n’agit plus stricto sensu sur les commandes de vol, il est devenu un véritable superviseur qui gère un système de plus en plus automatisé et complexe, dont il assume néanmoins la responsabilité en liaison avec les autres acteurs de l’espace aérien.

La conception des systèmes interactifs est maintenant centrée sur l’utilisateur et les usages. Elle se nourrit du retour d’expérience, thème sur lequel l’ONERA et la NASA travaillent avec des compagnies aériennes. Des évaluations en situation permettent aux chercheurs de développer des algorithmes et
des moyens de mesure afin de caractériser des types de comportement, d’analyser les interactions avec le système et de détecter les difficultés rencontrées et les défauts d’attention.

Objectifs principaux : améliorer la performance des systèmes mais surtout en augmenter la sécurité… en veillant à ce que l’humain puisse bien jouer son rôle là où il est attendu.

 

 

 


Pour les drones aussi, les facteurs humains sont importants

Tandis que la législation n’autorise pas encore les aéronefs télépilotés à évoluer dans l’espace aérien fréquenté par les appareils pilotés, l’ONERA mène des recherches sur leur intégration dans le trafic aérien.

Comme tout pilote d’aéronef, le pilote de drone doit assurer la sécurité du vol et notamment le « voir et éviter ». Il doit pouvoir appliquer en connaissance de cause les instructions du contrôle aérien, et lorsque la séparation est de son ressort, maintenir son drone à distance de sécurité des autres appareils.

L’ONERA travaille ainsi sur le rôle du pilote et ses interactions avec des fonctions de détection et d’évitement partiellement automatisées, en tenant compte des limitations inhérentes à la conduite distante telles que les délais de communications et le déficit de perception de l’environnement.

15.09.2015