Aéronautique

ATTOL : des pilotes dans l’avion, mais un système autonome

L'ONERA a contribué à une 1ère mondiale en aéronautique civil : les premières campagnes d'essais de décollage autonome basé vision réalisées sur l'A350-1000 d'AIRBUS. On ne parle certes pas de drones, mais le système est bel et bien robuste et autonome.

Pour le projet ATTOL (Autonomous Taxi, Take-Off and Landing), le 18 décembre dernier, une première mondiale a été accomplie : un décollage entièrement autonome basé vision, sans utilisation de l'ILS, ni du GPS, a été réalisé à plusieurs reprises sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac. L'ONERA a contribué au développement et à la mise au point l'algorithme de fusion de données, qui élabore le signal de déviation à l'axe de piste, nécessaire au contrôle de l'avion, à partir des informations visuelles issues de la caméra et inertielles provenant des centrales à bord de l'appareil.
Ainsi, contrairement aux systèmes actuels dont les signaux se trouvent hors de l’appareil, ceux-ci se trouvaient embarqués, d’où la qualification d’un "système autonome".

A court terme également, des essais en vol d'atterrissage et de roulage autonome basé vision, sans ILS, ni GPS, intégrant plusieurs développements de l'ONERA en vision par ordinateur et fusion de données seront réalisés afin de valider la solution algorithmique définie au cours du projet ATTOL.

Une prouesse qui n’aurait pu être réalisée sans la collaboration sans faille entre les ingénieurs d’Airbus et de l’ONERA, dont certains sont détachés chez l’avionneur pour les besoins du projet.

 

Retour à la liste