L'ONERA de A à Z

Chute libre

Chute libre

  • 1 Une première pour un accéléromètre à atomes froids

    Ce principe, sur lequel repose la théorie de la relativité générale d'Einstein, est équivalent à l'universalité de la chute libre des corps formulée par Galilée... Cet interféromètre devra mesurer l'éventuelle différence d'accélération entre ces deux espèces lors de la chute libre, ce qui constituerait une violation du principe d'équivalence
  • 2 20161207-CP-Microscope-ONERA-CNES

    Pour remplir sa mission de test de la chute libre des corps avec une précision inégalée... qui servent à tester l'universalité de la chute libre Contacts CNES Pascale Bresson Julien Watelet Tél
  • 3 Mission Microscope : les premiers résultats confirment la théorie d'Einstein

    Il permet de confirmer que l'universalité de la chute libre et donc le principe d'équivalence sont des principes non violés. Microscope (MICROSatellite à trainée Compensée pour l'Observation du Principe d'Équivalence) a été lancé le 25 avril 2016.La phase des mesures scientifiques a débuté en décembre 2016 et permis la collecte de 1 900 orbites utiles à la mesure du Principe d'équivalence
  • 4 Les prix de l'excellence scientifique

    Ce double accéléromètre différentiel a aujourd' hui testé le principe d'équivalence ou l'universalité de la chute libre, 10 fois plus précisément que toutes les expériences réalisées sur Terre. Le traitement des données final en cours à l'ONERA devrait encore améliorer ce résultat en 2020
  • 5 Un pas important pour tester le principe d'équivalence à l'échelle atomique

    Les physiciens de l'Onera ont réussi à réaliser la mesure simultanée- par interférométrie à ondes de matière 1- de l'accélération de deux isotopes de rubidium (85 Rb et 87 Rb) en chute libre, dont les propriétés sont très voisines mais dotés de compositions atomiques légèrement différentes. Ce résultat a été obtenu assez rapidement et de façon astucieuse, à partir de un gravimètre embarquable développé auparavant par l'Onera
  • 6 Dernier colloque de la mission spatiale Microscope avant lancement

    L'une de ses conséquences, l'universalité de la chute libre des corps, indépendamment de leur composition, est testée en laboratoire -sur Terre, avec une précision relative de ordre de 10- 13. Cependant, cette théorie géométrique de la gravitation n' a pu être associée à la théorie quantique des champs qui décrit les interactions électromagnétiques, nucléaires faible et forte
  • 7 1963 à 1983 - L'expansion

    Le développement de cette technologie inédite ne se fait pas attendre: testé en chute libre dans une cage d'ascenseur du bâtiment de 11 étages du centre ONERA de Châtillon, le premier accéléromètre ultrasensible d'une grande famille voit le jour dans années 70.Cactus (Capteur Accélérométrique Capacitif à Trois axes UltraSensitifs) est lancé à bord de satellite Castor par la fusée Diamant BP4 le 15 mai 1975
  • 8 L'ONERA au Bourget : ensemble avec ses partenaires

    Selon cette hypothèse formulée par Einstein, tous les corps en chute libre sont soumis à une même accélération, indépendamment de leur masse ou composition (équivalence entre les notions d'accélération et de gravitation. Grâce à l'instrument T SAGE fourni par l'ONERA, un accéléromètre extrêmement précis, Microscope va pousser la vérification expérimentale de ce principe avec une précision de 15 chiffres derrière la virgule, contre 13 actuellement
  • 9 L'ONERA et les accéléromètres ultrasensibles

    Le développement de cette technologie inédite ne se fait pas attendre: testé en chute libre dans les cages d'escaliers et d'ascenseur de l'ONERA, le premier accéléromètre ultrasensible voit le jour dans années 70.Le Capteur Accélérométrique Capacitif à Trois axes UltraSensitifs, ou Cactus, est lancé à bord de satellite Castor (D5B) par la fusée Diamant BP4 le 15 mai 1975.La masse d'épreuve est une sphère de diamètre 4cm, en platine rhodié, de masse voisine de 670g, libre de se mouvoir dans une cage sphérique avec un intervalle de ordre de 60 m
  • 10 Plasma au Palais

    Le caractère d'isolant électrique tient au fait qu' un gaz ne contient aucune particule chargée libre (électrons ou ions positifs. Des électrons libres et des ions positifs peuvent cependant apparaître si l'on soumet le gaz à un champ électrique de forte intensité ou à des températures suffisamment élevées, si on le soumet à un bombardement de particules ou encore s'il est soumis à un champ électromagnétique très intense