L'ONERA de A à Z

Surveillance de l'espace

Surveillance de l'espace

  • 1 L'ONERA : une pépite technologique qui recrute

    Surveillance de l'espace, optique, taxis volants, intelligence artificielle, communication laser, aile volante, avions commerciaux à hydrogène... autant de ruptures technologiques qui vont révolutionner nos vies. Ces technologies d'avant garde, les chercheurs de l'ONERA, l'Office National d'Études et de Recherches Aérospatiales y travaillent déjà
  • 2 Programme-FdS-2018-PhP-BF

    Départs" Cellules vivantes" 11h25, 12h25, 13h25, 14h25, 15h25, 16h25, 17h25. Radar de surveillance de l'espace L'Espace autour de la Terre est pollué... ABISS est un radar de surveillance de l'espace... Départs" Surveillance de l'espace" 11h25, 13h25, 14h25, 15h25, 16h25. Détecter les avions furtifs Tout objet qui est éclairé par un radar renvoie un écho que l'on appelle signature radar
  • 3 Contrat d'objectifs et de performance 2017

    Il précise également des thèmes prioritaires de recherche de défense sur lesquels l'ONERA accentue son effort: innovations scientifiques nécessaires au développement d' armes hypervéloces, avancées liées aux nouveaux concepts de combat aérien ou encore préparation des futurs systèmes d' acquisition et de traitement de l'information pour le renseignement et la surveillance de l'espace
  • 4 Thierry Michal président de l'ONERA par intérim

    Parallèlement, il a assuré dès 1993 la responsabilité de l'ensemble des études qui conduiront au développement et à la mise en service du système français de surveillance de l'espace GRAVES en 2005. Thierry Michal a été auditeur du Centre des Hautes Etudes de l'Armement (CHEAr) en 2000 ainsi que du Cycle des Hautes Etudes Européennes de l'ENA (2009- Promotion Valery Giscard d'Estaing
  • 5 1er système européen de veille spatiale GRAVES

    Entré en service opérationnel en 2005, le système de surveillance de l'Espace GRAVES (Grand Réseau Adapté à la Veille Spatiale) détecte les objets en orbite basse, entre 400 et 1000 km d'altitude... Il est donc plus que jamais nécessaire, pour la sécurité des installations spatiales et des capacités associées, de préserver et de renforcer la surveillance de l'espace
  • 6 L'Onera sur tous les fronts de l'optique adaptative

    En plus de la surveillance de l'espace, il couvre des domaines très variés allant de l'astronomie à l'imagerie de la rétine en passant par la focalisation des faisceaux laser et l'imagerie endo atmosphérique. Quelques projets, achevés, ou en cours, à l'Onera
  • 7 Mot du président

    TOUS les grands programmes civils et militaires (aviation de chasse et de transport et leurs équipements, missiles tactiques, missiles de la force de dissuasion, hélicoptères, drones, lanceurs, satellites, surveillance de l'espace...) qui ont donné à notre industrie, et à travers elle à la France et à l'Europe, sa force technologique et économique actuelle, comportent une très forte dose d' ONERA inside
  • 8 L'Espace : nouveau théâtre militaire

    Depuis la mise en service en 2005 de ce système, la France est l'un des rares pays à disposer de moyens autonomes de surveillance de l'Espace, ce qui lui permet de revendiquer un statut de partenaire vis à vis de Américains, et de disposer d' informations vérifiées et plus complètes. L'ONERA effectue actuellement la remise à niveau de ce système afin de garantir son fonctionnement jusqu' en 2030, en certaines de ses performances
  • 9 DEMR - Électromagnétisme et radar

    L' unité" Expérimentations et Grands Démonstrateurs Radar "est en charge de concevoir, réaliser et tester des maquettes ou démonstrateurs radar terrestres utilisant des réseaux phasés, pour des applications de surveillance côtière, veille aérienne lointaine, alerte avancée ou surveillance de l'Espace
  • 10 L'ONERA dévoile les 70 ans de son histoire : 1996 à nos jours - Le temps des mutations

    De même, dans cette deuxième partie des années 1990, est développé le Grand réseau appliqué à la veille spatiale (Graves), un outil destiné à la surveillance de l'espace, unique en Europe. Radar GRAVES: vues des antennes sur site d'émission et de réception © ONERA