Un haut-conseiller scientifique ONERA emporté par le coronavirus

Paul Kuentzmann a été emporté par le virus le 30 mars à l’âge de 79 ans. Expert en propulsion à la carrière brillante de plus de 40 ans de recherche au plus haut niveau mondial, il avait notamment rempli les fonctions de directeur de la branche mécanique des fluides et énergétique, et de haut-conseiller scientifique ONERA.

Paul Kuentzmann laissera une profonde empreinte sur l’ONERA : après des études d'ingénieur aux Arts et Métiers en 1963 puis à SupAéro en 1965, il démarre sa carrière à Sud Aviation dans un laboratoire des structures. Il rejoint en 1967 le secteur de la recherche fondamentale à l'ONERA, au sein de la Direction Scientifique Énergétique et Propulsion.

Parallèlement, il poursuit des études universitaires couronnées par un doctorat d'ingénieur en 1967 sur la granulométrie et la combustion de l'aluminium. La recherche étant son domaine de prédilection, il passe son doctorat d'état en sciences physiques sur les instabilités de combustion en propulsion solide en 1973.

Expert en propulsion solide, il consacre son temps, à former et à rassembler une équipe d'ingénieurs et de techniciens pour créer en 1980, le Laboratoire de Propulsion du Fauga-Mauzac.

Au moment où l’Europe se lance, avec Ariane 5, dans le développement des grands moteurs à propergol solide segmentés, il va rappeler les problèmes rencontrés par les américains dans le développement de tels moteurs.

Fort de cette analyse, il initie en 1987, avec le CNES, puis avec l'industriel italien BPD, maître d'œuvre du chargement des MPS (moteurs à propergol solide), les premiers travaux sur la stabilité de fonctionnement de ces moteurs.

Ces travaux sont complétés en 1989, où il donne le coup d’envoi à l’ambitieux programme de R&T ASSM (Aerodynamic of Segmented Solid Motors) qui réunit le CNES, l'ONERA, les industriels SNPE, SEP, Aerospatiale ainsi que  de nombreux laboratoires nationaux et européens.

La reconnaissance de ses pairs lui vaut de participer à la commission d’expertise du vol 502 d’Ariane 5.

Il savait mettre en avant l'excellence des travaux de l'ONERA auprès de la DGA, du CNES et des grands industriels. Ses études et développements en propulsion solide lui ont assuré une position d’un expert reconnu ainsi que la reconnaissance mondiale des plus grands experts du domaine : la NASA et les laboratoires de l’USAF et de la Navy aux USA, le Keldysh en Russie, ...

Paul Kuentzmann était plus un physicien et un théoricien qu'un numéricien, mais cela ne l'avait pas empêché d'engager fortement l'énergétique dans la voie de la simulation numérique. Il restait pourtant convaincu que l'énergétique ne pouvait se passer d'un secteur expérimental fort et il a eu la clairvoyance de préserver un juste équilibre entre ces différents métiers.

Il a toujours encouragé la recherche de nouveaux moyens de mesures. Paul Kuentzmann a aussi été un spécialiste en propulsion liquide et a créé le banc Mascotte à Palaiseau.  Egalement très actif dans le domaine des carburants alternatifs, son expertise était reconnue au sein de nombreuses instances nationales et internationales.

Sa grande rigueur scientifique, son expérience et son habilitation à diriger des recherches l’ont fait progresser rapidement au sein de la Direction de l'énergétique dont il sera le directeur de 1988 à 1996.

Il a contribué en 1997 à la réorganisation de l’ONERA en devenant scientifique de la branche mécanique des fluides et énergétique jusqu'à son départ à la retraite en 2005. Nommé Haut-conseiller de l'ONERA 2005, il continuait régulièrement à confronter ses travaux à ceux des scientifiques.

Sa carrière a été couronnée par plusieurs distinctions : le prix Plumey de l’Académie des Sciences en 1974, le prix Science et Défense en 1995 et la Médaille Montgolfier en 2005. Il a également reçu de nombreuses décorations : l’Ordre National du Mérite (Chevalier, 1992), Palmes Académiques (Chevalier, 1998) et enfin la Légion d’Honneur (Chevalier, Ministère de la Recherche, 2002).

Il était également très investi dans des associations comme la 3AF (Association Aéronautique et Astronautique de France) dont il était président de la région Ile de France et de nombreuses commissions. Il était aussi président d’honneur de la Société Française de Thermique, membre de l'Académie de l’Air et de l'Espace (AAE) et membre de l'International Academy of Astronautics (IAA).

D'Ariane 1 à Ariane 6, il aura incarné l’excellence de tout l'ONERA.

Pour Bruno Sainjon président directeur général de l’ONERA : « C’est un grand Monsieur qui vient de nous quitter, et nous lui rendrons hommage à l’occasion des 40 ans de la création du laboratoire de propulsion au Fauga dont il était à l’origine en 1980 ».

Retour à la liste